Comment déclarer la location d’un garage ?

Comment déclarer la location d’un garage ?

L’ acquisition d’un garage pour l’offrir à la location à une personne est un investissement qui offre une excellente rentabilité. Comme tout type d’immobilier, il génère un loyer imposable. Dans la catégorie des revenus de la propriété, les revenus de location sont assujettis à l’impôt sur le revenu. Aujourd’hui, la déclaration d’impôt pour la location de garage dépend du régime fiscal en vigueur.

Micro-régime foncier

Un régime simplifié

Avant de discuter de la procédure de déclaration des taxes garage locatif, il est important de savoir que le micro-régime foncier est un système simplifié fourni en standard pour la plupart des places de stationnement, y compris les garages. L’appareil est valide pour une durée illimitée. Établi par l’administration fiscale pour faciliter la déclaration des revenus de la propriété pour les petits investisseurs, il convient aux propriétaires qui se sont engagés dans l’investissement de garage locatif ainsi qu’aux propriétaires qui possèdent déjà un bien offert à la location.

A lire en complément : Comment aller visiter Versailles ?

Une réduction de 30%

Micro Terre durée du mandat est donc caractérisée par sa réduction de 30% du revenu du loyer. En d’autres termes, vous ne serez imposable que pour 70 % des loyers perçus. Pour référence, si le montant total de vos revenus locatifs sur un an est de 12 000 euros, vous serez imposé sur la base de 8.400 euros. Pour profiter des avantages de la détermination des microsols, vous devez toujours adhérer à une condition significative.

Le régime ne s’applique que lorsque le revenu annuel des terres, à l’exclusion des dépenses non couvertes, n’excède pas 15 000 euros. Toutefois, il convient de noter que le plafond de 15 000 euros est mis en place dans l’ensemble de la maison fiscale. Il comprend également les loyers perçus par le contribuable lui-même ainsi que par son conjoint et les personnes potentielles qui ont des personnes à charge.

A lire également : Qui doit payer la plue value immobilière ?

La réduction de 30 % des micro-terrains sera utilisée dans ce cas pour couvrir les dépenses liées aux investissements locatifs tels que les honoraires de notaire, l’impôt foncier et intérêt sur le crédit utilisé dans l’acquisition du garage, pour ne pas mentionner les frais d’administrateur ou simplement les coûts d’entretien. Aucune déduction supplémentaire du revenu brut n’est imposée. Vous devez toujours savoir que les allocations de 30 % pour les microterres sont à taux fixe et restent toujours les mêmes. La mise en place de microterres est un choix avantageux si le montant total des frais déductibles ne dépasse pas ces 30 %. Sinon, il serait beaucoup plus intéressant de se tourner vers le bon régime.

Le vrai régime

Définition et principe

Le régime actuel est un système fiscal qui est un type fixe de biens construits ou nus, y compris les parcs de stationnement et les garages. Elle s’applique automatiquement lorsque le revenu locatif brut hors charges accumulées sur une année dépasse 15 000 EUR.

C’ est aussi la méthode fiscale cruciale lorsqu’on bénéficie d’un régime fiscal particulier, comme un investissement dans en vertu des lois de Robien, Besson, Borloo ou Malraux, à l’exception du régime Scellier, qui permet toujours le choix de la méthode des microterres. Comme son nom l’indique, le régime actuel tient donc compte du coût réel du propriétaire. Pour obtenir le montant exact du revenu foncier imposable, vous devez les déduire du chiffre d’affaires, c’est-à-dire le loyer.

Dépenses déductibles

En pratique, vous déduisez avec le régime réel tous les coûts et dépenses d’exploitation comptabilisés par l’impôt d’administration sur le revenu de patrimoine. Conformément aux dispositions de l’article 31 du Code des impôts, les éléments suivants sont :

  • charges de récupération inutilisées
  • les intérêts sur emprunt, c’est-à-dire les intérêts sur les prêts que vous avez souscrits pour financer l’achat de votre garage ou effectuer un certain nombre de travaux
  • taxes et frais encourus par le propriétaire
  • les frais et frais de gestion, y compris les diverses rémunérations ; payable au fiduciaire de la copropriété ou à un employé responsable de la tutelle ou de la conciergerie, les frais réels liés à un litige contre un ou plusieurs locataires, et autres frais de gestion non couverts par les catégories susmentionnées d’un montant de 20 euros si l’année et par propriété louée à être justifiées par des factures ou des pièces fiables,
  • Frais d’entretien et de petites réparations associées à l’entretien de l’état locatif de votre garage,
  • les coûts associés aux améliorations, comme la rénovation du système électrique ou le remplacement de la porte de garage ;
  • les primes d’assurance pour l’exploitation des espaces communs et les primes couvrant la protection des véhicules.

Notez, cependant, que les travaux de grands ouvrages destinés à agrandir le garage ne sont pas déductibles. Avec le vrai schéma, il est important de toujours garder la documentation pour tout le monde les coûts associés à votre investissement locatif si les autorités fiscales décident de faire un chèque.

Engagements sur trois ans

Le régime actuel est une méthode d’imposition applicable sur une période de trois années consécutives. Si vous choisissez cet appareil, il sera impossible de changer d’avis et de passer à l’occupation des micro-sols pendant cette période. Si vous voulez encore l’abandonner, laissez passer les trois ans avant de remplir la forme classique qui favorise le micro-sol.

Sachez que le régime fiscal actuel est une formule particulièrement avantageuse, surtout lorsque l’amélioration ou la remise en état de votre propriété s’étend sur plusieurs années.

Un déficit national de 10.700 euros

Choisir le bon régime, vous avez également la possibilité de créer un déficit foncier, jusqu’à une limite de 10.700 euros. Cela se produit lorsque le montant de la location est inférieur au montant de les dépenses déductibles, notamment en raison de montants illimités et d’intérêts élevés sur les emprunts. Dans le cadre d’un régime réel, le déficit serait imputable à 10 700 euros par rapport au revenu total.

L’ excédent du déficit, soit plus de 10 700 euros, sera attribué aux revenus fonciers pour les dix prochaines années et « absorbera » les revenus fonciers au cours de l’année bénéficiaire. Pour impliquer le déficit du revenu total, il est important que les biens immobiliers restent loués jusqu’au 31 décembre de la troisième année suivant l’imputation.

Article connexe : Avez-vous déjà entendu parler de la création de SCI pour les garages de location ?

Comment faites-vous la déclaration ?

Durée d’occupation à Microland

La déclaration fiscale garage locatif en micro-sol est relativement simple. Comme vos revenus immobiliers hors frais sont inférieurs à 15 000 euros, vous devez donc vous référer à la case 4BE de la déclaration fiscale 2042. Vous transférez ensuite le montant pour le loyer reçu dans cette case réservée au plan micro-terrain.

Vous préciserez également le loyer reçu à l’avance dans l’année, les provisions sur les frais, les prestations d’assurance en cas de loyer ou de logement locatif impayé, et les subventions de l’Agence nationale de l’habitat ou de l’ANAH. En contrepartie, l’administration fiscale appliquera automatiquement la déduction de 30 % pour déterminer le montant exact de votre revenu de location imposable.

Déclaration des biens immobiliers

Pour la déclaration d’impôt locatif de garage en régime réel, vous devez remplir la déclaration n° 2044 concernant les revenus immobiliers.

Pour chaque bien immobilier, vous indiquez son adresse complète, le nom (s) et le (s) nom (s) des locataires, la date d’acquisition du bien, les revenus perçus au cours de l’année, c’est-à-dire le loyer et les divers revenus, et la valeur locative réelle des biens dont vous jouissez, afin de ne pas mentionner les dépenses engagés, y compris les intérêts sur les prêts et les détails de déficit foncier, y compris le report des déficits antérieurs.

Vous devez également suivre le même principe de déclaration des frais de gestion, des dépenses et des dépenses diverses. Tout d’abord, vous devez inclure le montant des frais recouvrables que vous n’avez pas atteint lorsque vos locataires sont partis dans le calcul des primes d’assurance.

Vous préciserez également sous forme de dépenses associées aux différents travaux associés à l’amélioration et à l’entretien de votre garage, sans oublier, bien sûr, toutes les annexes qui lui sont attachées.

En plus de cette information, l’intérêt provient d’un prêt pour financer l’acquisition de la propriété et le montant des impôts fonciers. Ne pas oublier n° en plus de spécifier la taille des frais fixes par nombre de locaux fournis par l’Etat.

Article connexe : Je suis perdu, aidez-moi à calculer mes impôts sur mes revenus immobiliers !

Selon les données saisies, un vous à travers la méthode à utiliser pour remplir les champs principaux du formulaire de déclaration de revenus. Selon le cas, c’est-à-dire en raison d’un excédent ou d’un déficit, vous remplissez les cases BA, BB, BC, BD et BF de la section 4 avec le revenu imposable de biens, les déficits attribuables aux revenus de biens non facturés auparavant et les primes d’assurance pour les prestations de location.

Show Buttons
Hide Buttons