Comment ne pas payer d’impôt sur la Plus-value action ?

Comment ne pas payer d’impôt sur la Plus-value action ?

Compte de titres, double imposition

La plupart des investisseurs ont un compte de titres. En fait, ce portefeuille présente l’énorme avantage d’accueillir presque toutes les obligations boursières et boursières. Le principal inconvénient, cependant, est également important : la double imposition . Double, car les dividendes sont assujettis à l’impôt et les gains en capital sont également imposés. En fait, le revenu de vos actifs est automatiquement soumis à une charge fixe unique (PFU), qui s’élève à 12,8%, puis à des déductions sociales, qui à leur tour paient 17,2%. C’est un total de 30% du total, appelé « impôt forfaitaire », qu’il soit réinvesti ou non.

Note !

A lire également : Qui doit payer la plue value immobilière ?

Depuis 2018, la taxe forfaitaire est l’option de taxe par défaut. Cependant, il est possible de choisir l’échelle de l’impôt sur le revenu progressif. L’investisseur est alors imposé selon sa tranche d’imposition marginale.

Lorsque le calcul est terminé, , un investisseur informé dira qu’il est préférable de vendre ses actions afin de ne pas quitter la facture. Mais encore une fois, la fiscalité est loin d’être indulgente avec les détenteurs de comptes de titres. Les plus-values sont également assujetties à l’UPF et aux charges sociales, soit 30 % de nouveau.

A voir aussi : Comment aller visiter Versailles ?

Exemple

Un investisseur achète les titres de 200 euros à 2€ par action à la date d’achat. Cette transaction génère 1000 EUR de revenus sur une année. Le portefeuille total de l’investisseur au moment de l’achat N 1 est de 1.200 euros. Lorsque l’impôt sur les dividendes payé, il restera 700€ (1000 – 30%). Son portefeuille total de taxes nettes sera donc 900 Disons qu’il vend son portefeuille à €1,100 ou 11€ par action. L’investisseur est soumis à l’impôt fixe sur les plus-values, soit 140€ (200 — 30 %). A la fin de sa transaction (achat et vente), il aura payé 440€ de taxes dues à double imposition.

Optimisation fiscale grâce à PEA

Que les investisseurs se rassurent, il est tout à fait possible d’agitation et d’optimiser l’imposition de ses bénéfices. Dans cette optique, le Plan d’action pour l’épargne présente davantage de nouveaux actifs. La première et non insignifiante, l’optimisation fiscale . Contrairement au compte de titres, l’investisseur ne passe pas par la case « impôt » à chaque reçu, mais quand il effectue des paiements. Les revenus et les gains en capital provenant de titres détenus dans un PEA sont donc exonérés de l’impôt sur le revenu.

Retrait simultané, il y a aussi des avantages à choisir PEA. Il est possible d’être exonéré de la PFU et de ne payer que des déductions sociales, soit 17,2 % au lieu du total 30 % de l’ impôt forfaitaire. Une seule condition doit être remplie : l’épargne accumulée doit demeurer sur le plan d’épargne-actions pendant au moins 5 ans. Après ces cinq années, vous pouvez effectuer des retraits sans impôt sur le revenu et, petit bonus offert par la loi du pacte, sans provoquer la fermeture de votre PEA.

Un autre avantage fiscal offert exclusivement par la PEA est la rente exonérée d’impôt. Depuis la convention, cette exemption s’applique à toute rente à partir de cinq ans après l’ouverture de l’aide. Dans le cas d’une pension réversible, l’exemption s’applique également au conjoint.

Le seul inconvénient pour le PEA, il ne peut contenir que l’action européenne.

L’ assurance-vie, une bonne stratégie à long terme

L’ assurance-vie est une subvention qui vous permet également d’optimiser votre impôt sur les bénéfices parce que le revenu n’est pas imposé chaque année, mais seulement en cas de rachat. Ainsi, l’investisseur qui choisit une longue stratégie d’investissement verra son impôt différé au fil du temps . Et plus le contrat est long, plus le taux d’imposition est avantageux.

Si l’achat est effectué dans les huit premières années suivant l’ouverture du contrat, produits soumis à PFU de 12,8%. Si le rachat a lieu au moins huit ans après l’ouverture du contrat, le taux est abaissé à 7,5% . En d’autres termes, il est intéressant de choisir l’assurance-vie comme support pour ces titres boursiers si vous prévoyez de les détenir pendant une longue période.

Toutefois, outre cette imposition tentante , les impôts sociaux (17,2%) sont payés annuellement sur les intérêts des fonds en euros. Vous choisissez un contrat d’assurance-vie en unités de compte, vous « retardez » le terme, puisque les charges sociales doivent être payées au moment du rachat du contrat.

Quel régime fiscal devriez-vous choisir pour les dividendes et les gains en capital ?

Compte de titres PEA Assurance vie
30 % chaque année (12,8 % PFU 17,2 % déduction sociale) 30 % (12,8 % UPF 17,2 % déduction sociale) pour tout retrait avant 5 ans 30 % (12,8 % PFU 17,2 % déduction sociale) pour toute retrait avant 8 ans
pas d’impôt sur le revenu pour tout retrait après 5 ans 24.7% 7,5% de PFU (17,2% des impôts sociaux) pour tout retrait après 8 ans

Résumé

  • La détention d’actions dans un compte de titres présente des avantages, mais en matière de fiscalité, cette option n’est pas optimale. Les dividendes sont imposés annuellement. En cas de revente, une taxe fixe s’applique également. Conclusion : double imposition pesant lourdement sur les gains.
  • Choisir un PEA fournit une optimisation fiscale très intéressante. Cependant, pour en tirer le meilleur parti, il est nécessaire de conserver votre portefeuille d’actions pendant au moins 5 ans.
  • La possibilité d’une opération d’assurance-vie est probablement le meilleur choix pour les investisseurs qui ont défini unestratégie à long terme .
  • Le choix du régime fiscal et donc le soutien dépend du choix stratégie d’investissement.

En savoir plus sur Allégement fiscal

  • Impôt
    • foncier Impôt foncier (IFI)
    • Impôt sur les sociétés (IS)
    • Impôt sur le revenu (IR)
    • Remplir votre première déclaration
    • de revenus

    • Les créneaux du crédit d’impôt corse
    • Impôt
    • forfaitaire

    Foire aux questions sur les allégements fiscaux

    • Quelle est la différence entre la réduction d’impôt et la déduction ?
    • Quels sont les conseils pour réduire vos impôts en 2020 avec le coronavirus ?
    • Quelles sont les solutions pour réduire vos IFI et IR d’ici 2020 ?
    • Comprendre le concept de débit fiscal
    • Comment réduire l’impôt sur votre portefeuille d’actions
    • Comment obtenir un rabais gratuit de l’administration fiscale ?
    • Taux standard, personnalisé ou individualisé, lequel choisir ?

    Show Buttons
    Hide Buttons